Energie durable

Cette démarche consiste à faire du domaine et de la bâtisse de l’UA un lieu de recherche et expérimentation, visant à favoriser la production d’énergies renouvelables et les économies d’énergie pour le plus grand nombre. Plusieurs pistes sont en préparation :

  • développement puis test de prototypes d’éoliennes à axe vertical ;
  • mise en place d’unités photovoltaïques fixes, en « tracker » (suivi de la course du soleil) ;
  • rénovation énergétique de la bâtisse et sobriété des nouveaux bâtiments.

Les deux projets “Énergies renouvelables – éoliennes et unités photovoltaïques” se situent dans le champ concurrentiel. Pour chacun d’eux, la recherche d’un capital d’amorçage est nécessaire pour passer aux étapes de réalisation. La démarche de « sobriété énergétique » portera aussi sur les usages économes. Les travaux de recherche qui seront menés sont envisagés dans le champ de l’intérêt général, avec une diffusion large des résultats.

L’éolienne à axe vertical et le tracker solaire : des outils légers pour favoriser l’autonomie énergétique

Les premiers travaux du projet d’éolienne à axe vertical ont été portés par trois ingénieurs. Après la réalisation d’un business plan détaillé, une étude aérodynamique a été engagée. Pour continuer l’avancement des recherches, un fonds d’amorçage est recherché pour l’achat de matériels, d’outils de travail et la rémunération de l’équipe R&D.

La Drôme bénéficie d’un potentiel éolien intéressant, plusieurs parcs de grandes éoliennes y ont été installés. La Région Auvergne Rhône-Alpes souhaite valoriser ce potentiel en soutenant aussi l’installation d’éoliennes de petite puissance, adaptées à un usage « domestique » (particuliers, PME, agriculteurs…).

Dans le cadre du territoire et de la démarche Biovallée® où nous sommes impliqués, il est prévu à l’horizon 2040 de couvrir à 100% (et 25% en 2020) les consommations énergétiques du territoire par la production locale d’énergie renouvelable, ce qui en fait un lieu très favorable pour débuter l’activité.

Le domaine de l’UA de 120 ha à La Roche sur Grâne (Drôme) se situe sur une chaîne de collines exposées au vent de la Vallée du Rhône. C’est un lieu idéal pour tester les prototypes de nos éoliennes afin de produire les modèles les plus efficaces et de favoriser l’autonomie énergétique la ferme via des sources renouvelables.

Les éoliennes à axe vertical (EAV) sont les mieux adaptées pour les sites autonomes. Des formes optimisées permettent d’accepter tous les vents et de réduire les nuisances sonores.

Nos prototypes sont prévus d’une hauteur maximum de 12 mètres, ce qui dispense des dossiers d’autorisation lourds et longs et facilite la tâche administrative aux particuliers. Différentes formes de pales sont à l’étude. Le choix se fera dans un souci d’efficacité et de simplicité.

Les autres atouts marquants de l’EAV sont sa robustesse et une maintenance facilitée, et l’ensemble de la mécanique peut être installée au sol. Avec en outre un faible encombrement et un esthétisme novateur, ce type d’éolienne devrait connaître un développement important à l’avenir.

Le projet de “tracker solaire” consiste en la fabrication d’unités photovoltaïques fixes suivant la course du soleil et systèmes héliostat. Sont envisagés :

  • la vente aux particuliers, PME, collectivités sous forme de kits, associés à des stages ou en livraison « clé en main ».
  • la conception de produits et services dérivés ou complémentaires du tracker, d’abord sur le territoire de la Biovallée puis au-delà

En trois phases :

  • Année 1 : R&D, expérimentation de 2 prototypes, installation sur site pilote
  • Année 2 : fabrication de 10 unités en pré-vente, mise en place des stages, installation complètes, organisation pour fabrication à moyenne échelle
  • Année 3 : déploiement progressif

 

Rénovation de la bâtisse de l’UA : travailler à la sobriété énergétique de l’habitat ancien

Avec 650m² à rénover, la bâtisse du domaine de l’UA est un terrain d’expérimentation intéressant pour la sobriété énergétique de l’habitat ancien. Une réflexion conjointe sera menée sur les matériaux à utiliser, l’aménagement des locaux et les usages, dans une logique d’économie de moyens et d’efficacité.

Des partenariats avec des organismes publics de recherche sont envisagés, dans une perspective de mise à disposition large des résultats.