Raison d’être

Notre recherche en vie meilleure reconnaît les apports extraordinaires de la croissance économique mondiale du siècle dernier, en termes de progression globale de la qualité de vie. Elle en constate aussi les limites, les injustices et les menaces de plus en plus lourdes qui pèsent sur notre environnement.

Ainsi, l’Université de l’Avenir vise à favoriser une société tenant compte du caractère limité des ressources naturelles, qui passera notamment par prédominance de « l’être » sur « l’avoir », l’encouragement de la coopération au lieu de la compétition et l’innovation sociale.

Construire la transition, en reconnaissant les apports et les limites de notre modèle de développement

  • Le développement des sciences et techniques et la croissance économique ont apporté à l’humanité, d’un point de vue global, une progression immense de ses conditions d’existence par rapport à un passé encore récent ;
  • Ces progrès sont répartis de manière très inégale : misère et précarité restent largement présentes même dans les pays les plus riches ;
  • L’humanité ne sait toujours pas éviter les conflits graves et met en danger sa propre survie par l’exploitation excessive des ressources naturelles.

Œuvrer à l’épanouissement individuel et collectif, à partir de deux principes clés

  • Prédominance de « l’être » sur « l’avoir » :

Connaissance de soi, confiance en soi, accomplissement, qualité du lien avec autrui sont les principaux leviers de l’épanouissement personnel, dès lors qu’un niveau satisfaisant de sécurité et de confort sont assurés ;

  • Respect et bienveillance vis-à-vis d’autrui, de tous les autres et de notre planète :

Le bien-être de chacun est dépendant du bien-être de tous ; l’exercice de la liberté individuelle ne doit pas nuire à autrui ; les activités humaines doivent tenir compte du caractère limité des ressources naturelles à l’échelle planétaire.

Nos repères dans l’action

Agir en harmonie avec la nature. Nous reconnaissons la terre comme source de vie et lieu de beauté à préserver. L’augmentation perpétuelle de l’exploitation de ressources naturelles limitées est impossible. Nous pensons que l’humain peut s’épanouir dans une prospérité sans croissance dont nous contribuerons, avec d’autres, à préciser les contours.

Préserver la liberté d’entreprendre, pour autant que les impacts sociaux et environnementaux des activités soient pleinement pris en compte et régulés pour le bien commun. A notre échelle, nous souhaitons favoriser le développement d’une économie durable, sobre en énergie et en ressources, notamment dans le domaine agricole.

Promouvoir la coopération au lieu de la compétition ainsi que la cohésion sociale, autant que cela est possible sans ignorer les divergences d’intérêts.

Œuvrer en faveur d’une pédagogie associant bienveillance et exigence qui vise l’acquisition de connaissances à la fois théoriques et pratiques, le développement de différentes formes d’intelligence, l’autonomie, la responsabilité et l’esprit critique.

Nourrir notre recherche en « vie meilleure » par l’innovation technique et scientifique, tout comme l’innovation sociale et la création artistique. Les avantages et inconvénients des innovations doivent être évalués avec justesse et dans leur ensemble.

Agir à la fois dans le champ de l’intérêt général et dans le champ concurrentiel

Dans le champ concurrentiel, selon les principes de l’économie sociale et solidaire : recherche d’une utilité collective, non-lucrativité ou lucrativité limitée, gouvernance démocratique.

Encourager le décloisonnement des savoirs, en intervenant :

  • dans divers domaines : l’agriculture et l’alimentation, la santé, l’éducation, l’autonomie des seniors, les nouvelles technologies, l’énergie, l’habitat, la connaissance ;
  • et à chacune des quatre étapes de l’innovation : recherche, expérimentation, production ou création, formation.

Porter divers projets « UA » mais aussi soutenir des projets tiers, en particulier dans le territoire de la Vallée de la Drôme.

Travailler de façon ouverte sur l’extérieur, avec divers partenaires, et dans des réseaux qui partagent des valeurs similaires. L’UA est indépendante de tout parti politique, syndicat, culte ou autre organisation.

Une Charte de référence et un règlement intérieur encadrent les relations entre l’UA et ses collaborateurs et partenaires.